UQAM - Université du Québec à Montréal Faculté des sciences humaines
Histoire du Proche-Orient et du Maghreb

(The Poche-Marcopoli Archives of Aleppo/Syria – for English version please click here)

Les archives Poche-Marcopoli, avec leurs quelques 500,000 de pages de documents, constituent la plus grande collection de documents historiques privés au Proche-Orient. Conservés dans la vieille ville d’Alep et propriété des familles Poche-Marache et Antaki, les deux fonds concernent les activités commerciales, la correspondance personnelle et les réseaux diplomatiques des plus importantes familles « levantines » installées dans la capitale économique de la Syrie ottomane au XIXe et au début du XXe siècle. Les archives, classées et mises sur pied en tant que collection régulière au début des années 2000, servent aujourd’hui aux chercheurs comme source inédite pour l’histoire sociale et économique de toute la région. Accessible par une copie microfilm intégrale conservée à la bibliothèque de l’Université de Tübingen, la collection est actuellement sous la direction curatrice de Mafalda Ade du Groupe d’études turques et ottomanes (GÉTO) de l’Université du Québec à Montréal (geto.uqam@gmail.com).

Règlements et déclaration de chercheur / regulations and research declaration

Alep, centre du commerce du Proche-Orient

L’histoire de la ville d’Alep en tant qu’important carrefour de commerce régional et de longue distance trouve ses racines au Moyen Age. Par la conquête ottomane en 1516, Alep fut incorporée dans un empire en pleine expansion ; sa position centrale au sein du Proche-Orient ottoman profita à ses échanges commerciaux intérieurs et locaux, ainsi qu’à ses relations avec l’Europe, à son commerce de transit avec l’Iran, et plus tard avec l’Inde. Sous les Ottomans, Alep vit une période de prospérité économique qui dura jusqu’à la fin du 18e siècle. Puis, malgré les conditions devenues moins favorables pour le commerce international au début du 19e siècle, les commerçants européens continuèrent à être attirés par Alep et bon nombre d’entre eux y firent souche. Parmi ces commerçants dits « levantins », on trouve les fondateurs des familles et de grandes maisons de commerce dont les Archives Poche-Marcopoli se font témoin.

La mise sur pied des archives

La conservation, la classification et l’organisation de tous les documents, dossiers et volumes qui constituent aujourd’hui les Archives Poche-Marcopoli à Alep ont pu être réalisées grâce à un projet du « Centre for the Economic and Business History of the Eastern Mediterranean » (CEBHEM) de l’Université de Tübingen intitulé « Sauvegarde et évaluation d’archives de maisons commerciales, du XIIIe au XXe siècle à Alep en Syrie ». Dirigé par Rüdiger Klein et Heinz Gaube et financé par la Fondation Allemande de Recherche (Deutsche Forschungsgmeinschaft; DFG) ainsi que par la Fondation Volkswagen, ce projet avec a permis l’établissement d’un fonds d’archives formel et d’un premier inventaire selon des normes internationales.

Les archives Poche-Marcopoli englobent près d’un demi-million de pages de documents, rédigés en seize langues différentes dont l’italien, le français, l’arabe, le turc ottoman (en écriture arabe et arménienne), ainsi que le grec en lettres latines (le frankochiotika). Elles sont constituées, pour la plus grande partie, de sources très diverses des deux familles de commerçants levantins Poche et Marcopoli, d’où la division principale en deux fonds, le Fonds Poche (FP) et le Fonds Marcopoli (FM). Si la partie la plus importante des deux fonds concerne les maisons de commerce des deux familles, chaque fonds possède plusieurs sous-fonds de natures différentes, tels que la correspondance privée de membres des deux familles et celle de diverses représentations consulaires à Alep, ainsi que la correspondance des maisons de commerce les ayant précédées, alliées ou amies, et également celle d’une société d’assurances. Un autre sous-fonds traite en partie de la Mission Apostolique des Capucins dans la région d’Alep.

Le Fonds Poche (FP)

Le sous-fonds le plus volumineux du Fonds Poche est celui qui concerne les papiers de la maison de commerce Fratelli Poche & Co., qui sont conservés depuis sa création jusqu’à 1921 (avec un registre de comptes s’étendant jusqu’à 1942). Ce sous-fonds contient tous les livres de commerce, soit les « grands livres » (livres de comptes), les journaux généraux, les livres de comptabilité provisoires, les livres de caisse, de ventes, d’achats, de factures, de comptes courants, de dépôt, de copies de lettres de change, les échéanciers et les registres de débiteurs ainsi que la correspondance commerciale, les dossiers de lettres reçues et les livres de copies de lettres envoyées.

Les documents de la compagnie Ignaz Zahn & Co. forment un des principaux sous-fonds, couvrant plus de quatre décennies, soit de 1813 à 1857. Il s’agit notamment de la correspondance commerciale quasi complète de la succursale d’Alep, ainsi que des papiers d’autres succursales dans la région comme celles de Salonique, du Caire, de Trabzon, de Damas et de Beyrouth. Un autre sous-fonds, moins volumineux, contient des documents de trois autres compagnies actives en orient, dont la suisse Schüep & Cie (1882-1941), l’anglaise African and Eastern (1923-1955), et la compagnie d’assurance The London and Oriental Steam Transit Insurance Office (ca. 1875-1880), ainsi que de documents témoignant des activités commerciales d’Adolphe Sola, lié à la famille Poche par alliance, et de ses dossiers privés.

Le Fonds Poche renferme, comme d’ailleurs le Fonds Marcopoli, un important sous-fonds rassemblant des documents provenant de différentes représentations consulaires à Alep. La collection la plus complète est celle qui concerne le Consulat de Belgique, qui s’étend de 1838 à 1980. Même si certains documents remontent à la fin des années 1830, la partie principale porte sur la fin du XIXe et sur le XXe siècle. La série de documents du Consulat des Pays Bas n’est pas moins importante, puisqu’elle couvre la période de 1870 à 1961. Il est toutefois à noter que seulement une partie très modeste provient du XIXe siècle, et que ce consulat avait été également chargé dans les années 1920 des intérêts allemands, français, belges et russes à Alep. Une autre collection est celle des documents du Consulat de Tchécoslovaquie, qui couvre uniquement les années 1925-1951. Du Consulat de France à Alep ne sont conservés dans ce sous-fonds que deux livres de copies de lettres de la première moitié du 19e siècle, ainsi qu’un texte plutôt court sur les capitulations françaises. De façon similaire pour les représentations britannique (1836-1841), russe (1876-1884) et des États-Unis d’Amérique (1895-1908), peu d’éléments ont été conservés : soit un registre de lettres, des livres de copies de lettres et quelques dossiers divers. De divers fonds du Consulat d’Autriche et d’Autriche-Hongrie se trouvent également dans les archives, dont un dossier de litige commercial (1825-1831), deux volumes de copies de lettres (1874-1880), ainsi que de la correspondance des années 1921 à 1938. Finalement ce sous-fonds contient aussi deux dossiers du Consulat d’Espagne à Alep (1917-1918).

Les documents du Consulat Général de la République de Venise à Alep ont été regroupés dans un sous-fonds séparé, avec les livres et la correspondance commerciale de l’avant-dernier consul général de Venise, Salesio Rizzini. Il couvre la période 1784-1794.

Les documents les plus anciens des Archives Poche-Marcopoli sont classés dans un dossier de documents divers, dont certains datent du début du XVIIe siècle. Ce dossier est attribué au sous-fonds appelé Mission Apostolique des Capucins et dans lequel sont répertoriés également deux autres dossiers comportant des écrits théologiques. La plus grande partie de ce sous-fonds est composée de volumes de correspondance des frères Poche avec les moines Capucins (1883-1921) traitant de la gestion des propriétés immobilières de ces derniers en Anatolie.

Un dernier sous-fonds qu’il importe de mentionner rassemble les documents privés ayant trait à l’histoire de la famille Poche. En dehors d’archives concernant leurs propriétés immobilières et agricoles et de papiers personnels de divers membres de la famille, on trouve un important volume de correspondance privée : des livres de copies de lettres envoyées ainsi que des dossiers de lettres reçues ; et, chose plutôt curieuse, les rapports médicaux rédigés par le Dr. Adolphe Poche entre 1931-1966.

Le Fonds Marcopoli (FM)

Le sous-fonds le plus important du Fonds Marcopoli est constitué des livres de commerce et de la correspondance de la maison Vincenzo Marcopoli & Co. On y trouve encore les grands livres (livres de comptes), les journaux généraux, les livres de comptabilité provisoires, de caisse, de ventes, d’achats, de factures, de comptes courants, de dépôt, de copies de lettres de change, les registres de débiteurs, les échéanciers et les collections d’accusés de réception et de connaissements. La correspondance commerciale de son côté représente les dossiers de correspondance reçue et les livres de copies de correspondance envoyée.

Les sous-fonds des maisons commerciales précédentes sont beaucoup plus limités, il s’agit des sous-fonds suivants : Fratelli Castelli & Co. (couvrant les années 1834-1836), Giustiniani & Nipoti (1836-1853), de la maison commerciale des successeurs Fratelli Marcopoli (1893-1945) et des compagnies partenaires Paolo Zalum (1855-1869) et Angelo Durighello et Kubba (documents émanant en partie de la fin du XVIIIe siècle).

Le deuxième sous-fonds en termes d’importance est celui qui concerne les actes, les registres, la correspondance et la comptabilité de divers postes consulaires à Alep. La documentation la plus complète et la plus riche est celle de deux représentations consulaires du Portugal en Syrie, celle d’Alep couvrant presque un siècle entier (1855-1951) et celle de Damas, s’étalant sur plusieurs décennies (1866-1933). Les séries du Consulat d’Italie et du Consulat d’Espagne sont beaucoup plus restreintes. Les archives de ce premier témoignent du mandat français, à l’exception d’un seul document. Celles du deuxième rassemblent avant tout la correspondance de la première moitié du XIXe siècle du consul Angelo Durighello. Des représentations de la Suède-Norvège, de la France et de la Grèce, seul un dossier de correspondance voire ou un ou deux registres, sont conservés dans les archives.

Le dernier sous-fonds regroupe les documents privés de la famille Marcopoli, et notamment la correspondance privée de divers membres de la famille ainsi que la comptabilité de leurs propriétés immobilières.



UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 18 mai 2016